Tragédie en sous-sol

jeudi 26 mai 2016
popularité : 1%

Mercredi 25 mai les 3e4 ont eu la chance d’assister à une représentation de Roméo et Juliette mise en scène par le club théâtre de M. Damman. Récit de leur plongée au cœur d’une création qui les a conquis.

Dès l’entrée nous sommes plongés dans une atmosphère angoissante et mystérieuse qui nous fait aussitôt oublier que nous sommes au collège. Nous suivons dans l’obscurité un guide muni d’une simple lanterne qui semble nous mener dans les entrailles de l’établissement, en un lieu parfait pour évoquer le caveau de la scène finale.

La pièce commence et nous sommes alors aussi surpris que captivés par nos camarades dont le ton et les attitudes sont métamorphosés par la force de leur jeu. Tous sont excellents. Drôles ou touchants selon leur partition, chacun incarne son personnage avec conviction et prête à son rôle quelques traits de son caractère. Petite réplique ou longue tirade, chacun d’eux par son interprétation prouve qu’il participe à l’équilibre de l’ensemble.

Par ailleurs la troupe réussit à moderniser une pièce que pourtant tout le monde connaît : les duels et le malentendu funeste de la fin sont rendus comiques grâce à des anachronismes inattendus. Les scènes s’enchaînent avec fluidité et trouvent un écho dans le choix de musiques décalées et modernes : Deep Purple, les Doors ou Amy Winehouse ponctuent le début de la pièce qui s’achève ensuite dans l’émotion du Requiem de Mozart.

Enfin, puisque tout a été profondément pensé, le choix de la mise en scène éclatée nous a fait nous sentir au cœur de l’action et l’idée astucieuse du contraste noir et blanc nous a permis de repérer plus facilement les lieux et l’identité des personnages.

Notre remontée à la surface a été difficile et nous voulions saluer le travail de nos camarades (Ambre, Jeanne, Sarah, François, Cléo, Mickaël, Maria, Inès, Marceau, Adam) qui n’ont pas ménagé leur peine pour nous offrir un si beau spectacle alors même qu’ils n’ont eu que peu de temps pour répéter tous ensemble.

Félicitations donc et merci également à M. Damman qui a rendu tout cela possible. À la fin de votre représentation, nous étions sans mots parce « qu’il n’y a rien à dire quand tout est parfait » a conclu Anna D.

Les 3e4